27 mois autour de la Vie…

Lorsque l’on tape « naturopathie et fertilité » sur notre ami Moogle, la majorité des articles parlent de l’importance de la préparation. S’il faut 9 mois pour « faire » un bébé, il faudrait aussi 9 mois pour préparer son organisme avant la conception et 9 mois ensuite pour apprendre à accueillir son enfant. 27 mois pour donner la Vie…

Lorsque j’ai commencé mes études de naturopathie en septembre dernier, au départ c’était aussi et surtout dans un but égoïste pour trouver des réponses à mes problèmes. Ce fameux désir de contrôle toujours aussi présent, ce besoin de tout gérer seule… Et puis je me suis dit que de consulter une Naturopathe pouvait m’être utile pour compléter mes cours, pour avoir une vision des choses en live, « grandeur nature ». Malheureusement, ce n’est pas toujours simple de trouver LA bonne personne. Je souhaitais évidemment trouver quelqu’un de plus ou moins spécialisé en accompagnement PMA. J’ai d’ailleurs pensé avoir trouvé cette personne au fil de mes recherches internet. Elle se présentait comme LA papesse de l’accompagnement à la procréation, et lorsque j’ai lu les commentaires de ses patientes, je lui ai aussitôt écrit pour solliciter son aide. Mais les échanges froids et très très hautains, les mois d’attente et les tarifs exorbitants m’ont rapidement fait fuir!

J’ai finalement consulté (par téléphone) une naturo dont je suis le blog et dont j’apprécie vraiment les articles de qualité autour de la grossesse. Ce fut un échange intéressant mais peut être pas assez abouti à mon sens. Des conseils que je n’arrivais pas à appliquer au quotidien et surtout une liste de compléments alimentaires conseillés longue comme mon bras et qui ne plaisait pas du tout à mon porte-monnaie !… Et puis je pense que je voyais encore à ce moment là cette consultation comme un complément à mes cours et que je n’étais pas encore prête à m’investir complètement dans un changement de vie.

Quelques mois ont passé et lorsque j’ai décidé de reprendre le chemin de la PMA, je voulais que la naturopathie ait une vraie place dans cette nouvelle étape de notre parcours. Je n’acceptais pas encore le fait de devoir reprendre tous ces hormones, de remettre autant de produits chimiques dans mon corps que j’essayais tant bien que mal de nettoyer depuis ces dernières années. Je me suis rendue à l’évidence qu’il est difficile d’être son propre médecin et qu’il est bon de se faire accompagner pour avoir une vision objective sur notre situation. Et puis concrètement je débute et je n’ai pas encore toutes les cartes en mains pour faire mon auto diagnostic!

Bref, j’étais donc repartie à la recherche de la bonne personne! Et je pense l’avoir trouvée cette fois 🙂 Estelle tient un blog de très grande qualité sur lequel j’ai déjà passé des heures à lire des articles pointus sur tout ce qui concerne la fertilité et comment la booster. C’est fin mars que j’ai eu le déclic et que j’ai décidé de la contacter. Sa newsletter ce jour là s’intitulait : « Préconception, l’importance CAPITALE de la préparation ». J’ai dévoré son article et ai rebondi sur de nombreux autres traitant des vitamines conseillées pour booster notre organisme. Notre rendez-vous avec notre Gygy PMA était une semaine plus tard et j’étais justement en train de faire une liste des dosages de vitamines et minéraux que j’allais lui demander de nous prescrire…

Du coup je me suis lancée, j’ai envoyé un long mail à Estelle pour lui expliquer notre parcours et lui demander conseil en expliquant qu’on avait rdv 5j plus tard avec notre gynécologue et que je serai hyper reconnaissante qu’elle prenne quelques minutes pour me répondre un peu dans l’urgence et que je souhaitais que l’on cale un rdv de consultation pour faire le point par la suite… A vrai dire je n’y croyais pas trop, je me trouvais un peu culottée et je ne lui en aurais pas voulu de me répondre que cela devait faire l’objet d’une consultation et que je devais prendre rdv pour avoir des réponses. J’ai été agréablement surprise lorsque non seulement elle a répondu à mes questions de façon précise mais elle m’a également proposé un entretien téléphonique rapide pour faire le point avant mon rdv PMA! Elle a ainsi insisté sur l’importance de la préparation à la conception, m’expliquant qu’il fallait au moins 3 mois pour booster notre organisme et maximiser nos chances de réussite. Elle nous conseillait donc de reprendre la PMA à la rentrée seulement, afin d’avoir suffisamment de temps pour faire les choses bien et mettre toutes les chances de notre côté. Bon je vous avoue que j’attendais d’en discuter avec notre gynéco pour voir si nous pouvions grappiller un ou deux mois et faire la FIV4 en juillet par exemple.

Notre RDV PMA s’est bien passé, notre Gygy n’a pas du tout tiqué sur mon taux d’AMH qu’elle considère tout à fait normal pour mon âge et a donc confirmé notre diagnostic d’infertilité inexpliquée. Elle nous a ensuite demandé quand nous souhaitions faire la prochaine FIV. Je lui ai parlé de mon accompagnement naturo et elle m’a dit que si c’était vraiment important pour moi, il fallait que j’aille jusqu’au bout de ma démarche pour n’avoir aucun regret qui pourrait interférer d’un point de vue psychologique. Nous étions donc partis sur septembre… Mais nous partons en vacances sous les tropiques la première semaine d’octobre et elle m’a dit qu’il y avait un risque de phlébite suite au traitement hormonal et qu’il valait mieux repousser la tentative après notre retour. Pfiouuu sur le coup je trouvais que ça faisait hyper loin! Mais mon Homme m’a dit qu’après 6 ans 1/2 d’attente, nous n’étions plus à quelques mois près!… C’est pas faux!! 😉

Du coup Estelle (ma Naturopathe) est contente! Nous avons 5 mois devant nous pour remettre les compteurs à zéros, booster mes follicules mais aussi et surtout préparer et nettoyer mon organisme afin de prévenir les maux de grossesse, faire une belle place à ce bébé et lui assurer une santé de fer !…

Notre prochain RDV sera donc le 29 septembre pour la prescription du traitement et l’organisation de cette quatrième FIV. Le lendemain, nous nous envolerons pour une semaine de farniente en amoureux dans des paysages paradisiaques, de quoi faire le plein de vitamine D, de good vibes et de repos pour être au top pour une tentative de la WIN!! Et puis qui sait, peut être qu’il y aura un petit gertrudage entre temps parce que comme toutes les PMettes le savent, bien évidemment quand on part en vacances pouuuff on fait des bébés couette!! C’est pourtant si simple…. 😉

 

 

 

Publicités

Premiers résultats d’analyses

Spermogramme de papa Koala : Première bonne nouvelle : 33% de formes typiques contre 24 lors des derniers relevés. Tous les taux sont en hausse, mobilité, vitalité, concentration etc… YES!!

Echo endo : la seconde bonne nouvelle c’est que mon endométriose a quasi disparu ! Enfin… disparue… Disons qu’elle n’est apparemment pas revenue depuis ma cœlioscopie de 2013 ! Il ne reste qu’un petit nodule de 1,5mm dans le torus (petit mais costaud car il réussit à lui seul à me torturer à chaque J1!)

PDS : bon c’est là que ça se gâte… La première info que je cherche à l’ouverture du courrier c’est mon taux d’AMH. Et je prends une claque… Il a chuté à 1,4 contre 3,25 il y a 5 ans! Je ne m’y attendais pas du tout. Mais je ravale vite mes larmes car même si nous devenons toutes un peu des expertes en biologie avec la PMA 😉 je ne suis pas gynéco non plus et je me refuse à paniquer avant que miss Gygy ait analysé tous les résultats.

Mais bien évidemment je ne peux pas m’empêcher de mener mon enquête sur internet. Alors d’après le site Natisens (site belge élaboré par un médecin et une pharmacienne) :
« On admet comme témoin d’une bonne réserve ovarienne les valeurs suivantes (2ème (mieux) ou 3ème jour du cycle) :
– FSH < 9.45 UI /L
– oestradiol < 40 ng /mL

– AMH > 1.2 µg/l. »
http://www.natisens.com/Articles/Troubles_fertilite/Bilan_infertilite_femme/Reserve_ovarienne.html

Moi à J3 je suis à:

– FSH 5,7 UI /L
– oestradiol 36 ng /mL

– AMH 1,4 µg/l.

Du coup on est bon non?! De plus, j’ai pu lire qu’il y avait pas mal de divergences d’opinions quant à l’analyse du taux d’AMH qui pourrait être aussi le marqueur de la qualité ovocytaire du cycle en court… Suffit que ce dernier ne soit pas le bon pour que le taux soit un peu « en dessous »… A reconfirmer avec Miss Gygy!

Bref, malgré tout je sais que ma réserve ovarienne ainsi que ma qualité ovocytaire ne sont pas au top de leur jeunesse (à même pas 35 ans ça fait un peu mal quand même!…) et du coup je pense demander un dosage de mes taux de DHEA et de Coenzyme Q10 et envisager une supplémentation si nécessaire. J’espère que Miss Gygy sera ok pour m’en prescrire sachant que lors de notre premier RDV elle semblait assez dubitative quant à une quelconque efficacité de ces deux hormones dans la qualité ovocytaire…

RDV le 5 avril, je vous tiendrai au courant !

6 ans plus tard… Retour en PMA

3 ans depuis mon dernier post, mais 4 ans que nous avons quitté les seringues, le puregon, l’ovitrelle et tous ses petits copains, les échos endo, les prises de sang, les anesthésies générales, les ponctions, les transferts et l’attente… puis la déception…

Nous avions décidé de faire une pause, de prendre un peu de recul et de temps pour nous, loin de l’univers ultra médicalisé de la PMA…  Cette pause de quelques mois s’est transformée en années…

 

Côté pro, après avoir été auxiliaire parentale (nounou à domicile quoi !) pendant 2 ans, je  suis depuis la rentrée 2017 une formation en naturopathie et me consacre en parallèle à ma marque de confections pour enfants un Pingouin sur la Banquise. Exit le stress des transports et du boss tyrannique, je travaille à mon rythme et je fais enfin ce que j’aime! C’est tout bénéf ça quand on essaie d’avoir un bébé, non?!

 

Côté médical, pendant ces quatre années j’ai rencontré énormément de praticiens de médecine alternative, et chacun m’a fait avancé un peu sur le chemin du lâcher prise et de l’acceptation. Car oui c’est insupportable d’entendre notre entourage nous répéter sans fin « arrête d’y penser, pars en vacances et tu verras, ça va marcher! » (merci la culpabilisation et les phrases toutes faites!) mais d’un autre côté je sais que le psychologique entre évidemment en ligne de compte. D’une part à cause des années d’attentes qui pèsent sur le moral mais aussi parce qu’on traîne tous des blocages inconscients liés à nos vies ainsi qu’à nos familles. J’ai d’ailleurs appris lors d’une de ces consultations que je n’étais pas seule dans le ventre de ma maman, jusqu’à environ deux mois 1/2 de grossesse. La découverte de ce jumeau perdu a été une vraie révélation et le début d’une prise de conscience énorme. Cela expliquait tellement de choses : ma peur de l’abandon, cette sensation de vide au creux de moi, ce sentiment de solitude et d’incomplétude… L’ostéopathie et la kinésiologie m’ont beaucoup aidée pour lever les verrous physiques et inconscients qui en découlaient.

Mais à force de me plonger dans les médecines naturelles, j’ai développé une angoisse et presque une allergie à l’idée de retourner en PMA. J’ai pourtant assez bien vécu mon parcours, je me suis laissée portée, sans trop me poser de questions sur les traitements. J’ai eu la chance d’être suivie par un super gynéco qui exerçait dans un cabinet privé et qui était donc ultra disponible. J’avais une entière confiance en lui. Nous n’étions pas des numéros comme j’ai pu le lire dans certains de vos posts, nous étions pris en charge de A à Z par la même personne, un parcours privilégié en somme. Mais une fois loin des hôpitaux, je rêvais d’une conception naturelle, loin de la chimie qui empoisonne nos corps… J’avais envie de croire en la vie, de lui faire confiance et de me laisser porter par son choix : si nous devions avoir des enfants un jour, alors je serais enceinte naturellement. J’en étais même arrivée à me dire qu’un retour en PMA serait un très grand échec pour moi. Cela m’angoissait énormément. Sans doute aussi parce que nous avions déjà fait 3 FIV et que ce dernier essai cristallisait beaucoup trop d’espoirs à lui seul et pouvait mener au clap de fin…

 

 

Mais j’aurais 35 ans en avril et depuis quelques mois je prends conscience que je suis peut être en train de perdre un temps précieux à m’obstiner à ne pas vouloir avoir recours à la médecine… Alors, en décembre dernier, j’ai pris RDV avec un nouveau gynéco. Mes belles soeurs avaient été suivies par lui pendant leurs grossesses et vantaient ses qualités. Je ne sais pas ce que j’attendais de ce RDV, je me suis même surprise à me demander ce que j’allais lui répondre quand il me demanderait « alors, qu’est ce qui vous amène? ». Je voulais simplement avoir un regard neuf sur mes analyses d’il y a 5 ans, j’espérais peut être secrètement apprendre que de nouvelles méthodes avaient vu le jour, de nouveaux examens que l’on aurait pas encore fait…

Il n’est pas spécialisé en PMA mais à la lecture de nos analyses et des résultats des 3 FIV il m’a parlé aussitôt d’un retour à un parcours médicalisé qui me fait si peur… Je pleure beaucoup, je ne suis pas prête, je le vis comme un échec énorme. Je suis complètement perdue et j’implore l’Univers de m’envoyer un signe et de me dire quoi faire. Ce soir là, ma meilleure amie m’appelle et me confie avoir consulté une médium (chose assez improbable vu sa personnalité mais elle aussi est à la recherche de réponses  et on lui avait conseillé cette personne…). Elle a souhaité consacré un quart d’heure de sa consultation à mon sujet (à 130€ l’heure, c’est vraiment ce qui s’appelle une best friend!! ;-)). Elle n’a donné qu’une photo de moi et ma date de naissance. Cette dame a aussitôt ressenti que j’étais en attente de ce bébé tant désiré depuis longtemps, que le parcours avait été pénible mais que j’avais fait un chemin considérable en travaillant sur moi. Elle lui dit que j’aurais des enfants, elle me voit enceinte à la fin de l’année… Mais elle me voit aussi consulter un nouveau médecin, qui pense différemment. Elle dit qu’on a besoin d’aide et que ça ne fonctionnera pas tout seul…

Nouveau coup de massue, j’éclate en sanglots. Mon amie me dit que c’est une nouvelle merveilleuse, que j’aurais des enfants… Je ne pense qu’au fait que je dois faire une croix sur une grossesse naturelle…. Mais je prends doucement conscience que je viens d’avoir la réponse que je demandais… Ça peut paraître très mystique tout ça mais lorsqu’on est ouvert aux signes on s’aperçoit qu’on est guidés…

 

Nous décidons alors avec Papa Koala de refaire un bilan de fertilité. 5 ans après, comment se portent nos gamètes?? Notre Dr Gygy de PMA a depuis pris sa retraite et nous avons déménagé entre temps. Il nous faut donc trouver un nouveau centre. Mi janvier nous rencontrons Miss Gygy, le feeling passe bien, elle est directe mais sait mettre les formes. Je sais qu’elle ne passera pas par quatre chemins mais qu’elle prendra le temps de répondre à mes questions si besoin. Au regard de nos précédents résultats, elle met l’accent sur la mauvaise qualité de nos embryons, probablement liée à un problème de qualité ovocytaire… Selon elle, il ne nous reste que deux solutions :

  • une FIV avec transfert de blastocyste. Sachant que nos embryons ne sont malheureusement jamais arrivés à ce stade… Elle préfère ne pas faire de transferts avec des embryons J2 ou J3 moyens (voire très fragmentés).
  • et en dernier recours, il lui arrive de pratiquer des transferts de zygotes c’est à dire des embryons à J1, car certains ne supporteraient pas le milieu de culture en labo. Les taux de réussite sont encore plus faibles mais c’est une solution qui me parle aussitôt. Je sens que cette méthode pourrait fonctionner avec nous…

Nous devons donc refaire un bilan de fertilité mais alléluia pas de test de Hühner, ni d’hysteromachinchose. Seulement une écho endo pour refaire un point sur mon endométriose, un spermogramme, les PDS habituelles et un caryotype que nous n’avions pas fait lors des derniers examens.

Cette année 2018 débute donc chargée d’espoirs. Normalement, à la fin de l’année nous serons fixés : si les FIV échouent, alors il faudra envisager le don ou l’adoption, ce que nous ne sommes pas du tout prêts à faire aujourd’hui…

1 an + EDIT

Il y a un an, après 3 échecs de FIV, dont une fausse couche, je décidais de faire une pause PMA et j’en profitais pour ouvrir ce blog. J’avais alors besoin de partager sur mon parcours et surtout de ne plus me sentir seule face à ces épreuves. Je m’étais donné 3 mois avant de reprendre notre périple, et attaquer notre dernière FIV…

Un an après, tellement de choses ont changé… Nous n’avons toujours pas repris la PMA, j’ai donc finalement peu écrit sur ce blog. Je vous ai surtout lu. J’ai suivi celles qui sont montées dans le train, celles que DNLP mettaient à l’épreuve, encore et toujours plus, celles qui restent avec moi sur le quai, à attendre leur ticket, celles qui ont tiré un trait sur la PMA pour reprendre une vie « normale », et les petites nouvelles de la blogosphère, toujours plus nombreuses malheureusement…

De mon côté, j’ai poursuivi mon parcours médical mais en passant par des chemins plus alternatifs : j’ai tenté l’ostéopathie, l’acupuncture, l’hypnose et même, plus récemment, la micro-kiné ! Chaque méthode m’a fait avancer vers un apaisement et une acceptation de mon parcours.

Aujourd’hui je ne suis toujours pas enceinte mais je me sens moins vide. Je suis sincèrement plus positive et je crois en l’avenir, à un futur à 3 (et même 4 !!). Au fond de moi, je sais, je suis convaincue que je serai enceinte un jour. Je me laisse donc porter par la vie, je ne régis plus mon quotidien en fonction de cette attente. Je profite et essaie chaque jour de voir le verre à moitié plein. Notre vie à deux est précieuse aussi. Nous avons conscience l’un comme l’autre que notre parentalité si désirée sera aussi difficile, fatigante et remplie de concessions. Du coup, on savoure, chaque instant passé à deux, chaque moment que l’on peut s’accorder pour nous, sans penser à personne d’autre, sans inclure dans notre emploi du temps un petit être à qui on se donnera corps et âmes.

Ce changement de perception m’a aussi fait avancer dans ma vie professionnelle. Je ne me suis jamais sentie épanouie dans mon boulot. Je bossais parce qu’il le fallait bien. Mais quand je me suis retrouvée au chômage l’année dernière, un changement s’est opéré en moi. Je ne voulais plus continuer comme ça. Je voulais trouver ma Voie, avec un grand V. Je sentais qu’il était possible de se lever le matin en n’ayant pas la boule au ventre… Mais je l’avoue, j’espérais aussi très fort avoir LA bonne nouvelle qui me permettrait de profiter de cette coupure pour vivre pleinement cette aventure si longtemps attendue… Malheureusement, nous PMettes l’avons bien compris, ce n’est pas comme ça que ça se passe. Je souris encore quand je repense à tous ces gens qui me disaient « mais profite de ton chômage pour faire un bébé, c’est le moment IDEAL !! »… Laissez-moi rire ! Aaaah si c’était si simple !

Bref, je me suis laissée porter pendant 6 mois, à tourner en rond et à me chercher… Puis tout est devenu beaucoup plus concret. Je vous avais un peu parlé en début d’année de mon projet de devenir assistante maternelle. Eh bien je dois signer cette semaine un CDI pour un poste d’auxiliaire parentale qui débutera en septembre. 3 petits bout-de-chou rien que pour moi. Une petite de 8 mois et des faux jumeaux de 11 mois. Et oui, tout le monde n’a de cesse de me répéter que ça va être extrêmement fatiguant… Alors, peut être que je ne me rends pas compte effectivement, j’imagine bien que je vais en baver, mais la seule idée de m’occuper de 3 petits bébés remplis d’amour me donne le sourire. Je sais que c’est ce qui va me faire me lever le matin et me donner le courage d’affronter des journées de 10h. Et en plus, les 2 mamans se connaissent depuis 15 ans et m’ont confié qu’elles avaient eu un parcours plutôt compliqué pour avoir leurs petits miracles. La première a attendu 4 ans pour avoir ses jumeaux et la seconde près de 7 ans de FIV pour sa petite poupée !! Je me suis dit que c’était un signe, que j’étais faite pour travailler pour eux ! Le jour où je leur apprendrai que je suis enceinte, bien évidemment elles verront avant tout les inconvénients que cela implique pour elles, mais elles seront aussi les plus à même de comprendre mon parcours (dont je ne leur ai évidemment pas parlé pour l’instant !)

En parallèle, je me suis lancée dans une aventure qui me tenait à cœur depuis longtemps. Passionnée de couture depuis toute petite, j’ai décidé en janvier de me lancer et de créer ma marque d’accessoires, linge de lit et décorations éco-textiles pour les tout-petits. Depuis, je m’éclate à imaginer de nouveaux modèles, à coudre des petits accessoires en pensant aux mamans qui vont les utiliser pour leurs bébés… L’ADN de cette marque ayant un lien très fort avec mon parcours PMA, je lui ai donné un nom qui je pense parlera à beaucoup d’entre vous. Quand je suis arrivée sur la blogosphère, un défi venait d’être lancé par unecigogneegaree  : un concours de dessins du plus beau pingouin de pmettes 😉 C’est ce jour là que j’ai découvert que sur la blogosphère les petits embryons congelés étaient joliment appelés comme ça. Et c’est donc tout naturellement que j’ai souhaité appeler ma marque : un Pingouin sur la Banquise.

Pour l’instant, je ne fais aucune allusion à mon parcours PMA sur mon blog pro ni sur les réseaux sociaux. Principalement parce que mes futurs employeurs me suivent et que je ne veux pas qu’ils sachent que mon projet bébé est en cours (même si chez moi ça ne rime pas avec imminent !!) Mais lorsque je serai enfin enceinte, je parlerai de mon parcours, du pourquoi j’ai choisi de travailler avec des tissus écologiques qui ne contiennent aucun perturbateur endocrinien pour protéger la santé de nos tout-petits. Et je souhaite aussi intégrer une association à ce projet. Peut-être l’asso BAMP dont on parle si souvent sur la blogosphère… N’ayant jamais fait appel à eux, je n’en suis pas encore certaine mais pour sur ce sera une asso en lien avec l’enfance ou l’infertilité…

Bref, voilà, si vous avez envie de me soutenir, n’hésitez pas à visiter mon blog unpingouinsurlabanquise(tiret)leblog(point)com ! Pour toutes les PMettes transformées en PB 😉 et toutes celles qui ont des cadeaux de naissance à faire, pensez à moi ! Merci merci merci les filles !

 

EDIT : merci beaucoup pour tous vos gentils mots et pour celles qui ont F@cebook, n’hésitez pas à aimer et partager, le plus difficile c’est de se faire connaître !!! Merci les filles et bon courage pour cette journée caniculaire, surtout pour celles qui sont enceintes !!! ❤

La blague du jour

J’ai beaucoup pensé à vous tout(e)s aujourd’hui, quand, en feuilletant un bouquin à la FNAC, je suis tombé sur ça… Un bouquin qui, je précise, était titré « conception et infertilité »…

IMG_5515.JPG

Non mais c’est dingue!!!! Mais oui qu’on est bêtes, pourquoi on ne prend pas en compte les avantages sociaux et médicaux pour calculer la date de conception de nos baby??!! Mais c’est quand même incroyable que les labos de PMA ne nous préviennent pas et n’organisent pas nos FIV ou IAC… aux BONNES périodes, non??!!! Pffff sont pas cool hein…

Bref, vive BAMP et la semaine de sensibilisation à l’infertilité, y a vraiment du taff….

Dates anniversaire…

La première, celle qui fait sans doute le plus mal : cela fera 3 ans dans quelques jours que j’ai fait retiré mon DIU…. 3 ans d’attente, d’espoirs, de frustrations, de larmes…. Mais je peux dire aussi qu’aujourd’hui « grâce » à ces 3 ans, je ne suis plus la même. Je suis bien plus zen, moins dans le contrôle, j’ai compris beaucoup de choses : on ne décide pas d’avoir un enfant, la vie décide du bon moment. Alors pourquoi cela prend-t-il si longtemps? La leçon, je l’ai comprise je pense, il y a un bon petit moment pourtant !!

La seconde date anniversaire : il y a un an, j’étais enceinte. Il y a un an, je croisais fort tous mes petits doigts pour que ce soit la fin de notre attente. J’en étais même venue à me dire qu’après tout, 2 ans d’attente c’était pas si long… Je me projetais déjà dans les annonces, je repartais dans mes calculs… Je n’avais pas encore bien appris, bien compris… DN m’a repris cet espoir de vie…

Cela fait maintenant plus de 8 mois que nous sommes en pause PMA. Je n’écris donc pas beaucoup sur ce blog, car au final, la vie file, et la PMA n’existe plus dans nos vies. Nous essayons au maximum de nous mettre dans la peau d’un couple normal, qui souhaite un enfant, mais qui ne fait pas tourner sa vie autour de cette attente. Mmmmh facile à dire hein!? Non, dans les faits, c’est pas simple! Je pleure beaucoup moins souvent qu’avant quand J1 débarque, c’est déjà un changement de taille! J’ai essayé l’acupuncture, puis l’osteo et depuis 2 mois, je teste l’hypnose. Principalement pour atteindre le graal de toute PMette : le lâcher-prise! J’ai pourtant l’impression d’avoir tellement évolué, de réussir à ne plus focaliser uniquement sur ce projet, je me prends encore régulièrement des claques.

Notamment en fin d’année! J’ai toujours eu beaucoup de symptômes, tous les mois. Du coup j’ai arrêté d’espérer au moindre sein qui tiraille. Mais en décembre, j’ai eu 3 jours de retard… Moi, réglée comme une montre suisse, je n’attends pas plus longtemps, persuadée que cette fois c’est la bonne, je dégaine mon test pipi! BAM, négatif… Bon, ça peut être un faux négatif après tout (mais bien sûr, la nana elle a toujours pas compris après 35 cycles!). Bref, mes règles débarquent en fin de journée. Ca aurait du me calmer à ce moment là. MAIS, aucun des symptômes n’a disparu… Et ils se sont même accentués! Seins qui avaient doublé de volume, ventre gonflé, fatigue chronique dans l’après midi, jambes lourdes et surtout des tiraillements dans le ventre, comme des points de côté, exactement comme l’année dernière juste après le TG positif…. Au final, j’ai passé 1 mois 1/2 à psychotter, absolument certaine, certains jours, d’être enceinte…

Autant vous dire que lorsque mes règles ont débarqué (avec 3 jours d’avance cette fois!), j’ai complètement déchanté! Mais surtout, je me suis détestée. Détestée d’y croire encore si fort, de m’emballer si vite, et de me provoquer toute seule tous ces symptômes! Du coup, j’espère vraiment vraiment que l’hypnose fera effet…

Je suis malgré tout plus zen, car ce midi j’ai déjeuné avec des copines de mon ancien boulot, que je n’avais pas vues depuis 4 mois. Elles étaient 4, lorsqu’elles ont enlevé leur manteau dans le resto, 2 étaient fièrement enceintes de 4mois… Et j’ai été sincèrement contentes pour elles, vraiment… Mais depuis, mon cerveau est reparti à 2000 à l’heure, et c’est plus fort que moi, j’ai ce chiffre en tête : 3 ans, putain, 3 ans!!!! Et elles, ce sont 2 jolis accidents….

Alors forcément, je me demande si je ne suis pas en train de perdre du temps, de rester inactive comme ça, alors qu’il nous reste une FIV. Mais justement, il nous en reste UNE, une seule toute petite FIV, un seul tout petit espoir, sur lequel l’un comme l’autre on mettrait beaucoup trop d’espoir… Je suis intimement persuadée aujourd’hui que nous ne sommes pas encore prêt à repasser par tout ça. Et j’essaie de garder en tête que Dr Gygy nous a toujours dit que je pouvais tomber enceinte naturellement, que ça prendrait « juste » plus de temps qu’un couple « normal » (j’aime pas ce mot) et que le seul risque, c’est de se créer des blocages et des frustrations à force d’attendre…

Bref, j’attends, mais sans attendre. J’essaie de me focaliser sur de nouveaux projets de vie, pour avancer sans tout faire en fonction d’une potentielle grossesse qui n’a pas l’air de vouloir se pointer. Du coup je me suis enfin lancée : je suis en train de créer ma marque d’accessoires et décorations eco-textiles pour bébés et enfants. Je ne sais pas ce que ça donnera, ni même si je pourrais un jour en vivre, mais c’est en quelques sortes mon nouveau bébé, et cela m’occupe pas mal l’esprit! En parallèle, je pense changer complètement de voie pro, et je pense faire une formation pour être assistante maternelle. Un changement de vie total, qui me procure une véritable sensation de bien-être, je suis enfin en accord avec moi-même et ça fait un bien fou. En espérant que notre petit bout de vie le sente et se décide enfin à faire son nid au creux de moi, maintenant que je suis apaisée….

La montagne de cadeaux PMesques !

Suite à la jolie idée des ICSI , j’ouvre le bal de notre grand déballage de cadeaux!

Je ne suis pas très douée pour les beaux textes et pour exprimer ce que j’ai sur le coeur, alors je vous ai choisi deux videos.

Une que j’ai trouvé vraiment mimi, qui m’a émue et qui m’a fait pensé à vous toutes et tous.

Et la seconde, que vous avez sans doute tou(te)s vue, mais qui me fait rire et qui est de circonstance!

Et pour conclure, je nous souhaite à tou(te)s que ce soit notre dernier Noël sans notre Grand Bonheur tant attendu. Hâte de lire tous vos prochains cadeaux !

Joyeux Noël !